Site de la section Mulhouse-Auguste Wicky du Parti socialiste
Site de la section Mulhouse-Auguste Wicky du Parti socialiste

Intervention du groupe « Respecter chacun, agir pour tous. Élus Socialistes, Centristes, EELV »- Conseil Municipal – Mulhouse 5 avril 2014

Le par

Monsieur le Maire, chers collègues.

Les dimanche 23 et 30 mars 2014 les citoyens mulhousiens se sont exprimés à l’occasion des élections municipales.

Je veux en tout premier lieu remercier les 9 751 électeurs qui ont témoigné leur confiance à la liste conduite par Pierre Freyburger et plus largement aux 26 589 citoyens qui ont accompli leur devoir civique.

Permettez-moi en ce jour d’installation de notre assemblée de revenir sur trois points essentiels.
D’abord, le taux record de l’abstention : plus d’un électeur sur deux ont boudé les machines à voter. L’abstention est aujourd’hui une maladie de la démocratie.

Depuis des décennies, l’abstention aux élections progresse de manière régulière dans notre pays. Ce phénomène de fond est l’une des manifestations d’une crise démocratique profonde, caractérisée notamment par une défiance grandissante à l’égard des élus et des partis politiques, et par une montée du populisme. Cette progression de l’abstention au niveau national et encore plus fortement au niveau local pose la question de la légitimité de la représentation démocratique, car seulement 1 électeur sur 5 ont choisi de valider votre projet municipal pour les six prochaines années. Le constat est collectif : nous aurions probablement été dans une situation similaire.

Cela témoigne d’insuffisances globales de la démocratie représentative et doit nous interroger tous collectivement sur la pratique de l’exercice démocratique qui nous est confié par les citoyens. À l’échelle des quartiers, c’est également un indicateur de l’urgence vitale à développer la démocratie de proximité et donc du rôle et des limites du fonctionnement actuel des outils à notre disposition notamment au niveau des conseils de quartier. 25 ans après la mise en place de ces outils, il est sans doute temps de les remettre en perspective notamment au regard des expériences menées par des villes comme celle de Bordeaux par exemple.

L’étendue de l’abstention est également due pour une part à un désir de marquer une désapprobation envers la politique du gouvernement. Mais elle naît également de la désespérance, de la détresse sociale et du repli sur soi. À la rencontre des Mulhousiennes et des Mulhousiens avant et pendant la campagne, il était aisé de ressentir l’angoisse qui monte devant les crises écologique, financière, économique et sociale.
Nous proposons que dans les prochaines semaines la ville organise des États Généraux de la Démocratie qui pourraient aboutir à un cahier d’actions concrètes pour que, dans un esprit républicain, nous puissions combattre cette maladie qu’est l’abstention.
Nous sommes tous citoyens, tous acteurs de notre cité, nous devons marquer notre attachement aux valeurs de la République, Liberté Égalité Fraternité. 

En ce qui concerne le fonctionnement de notre assemblée, j’ai eu l’occasion de vous adresser le 2 avril un courrier avec quatre propositions fortes pour le renouveau démocratique de notre assemblée et son fonctionnement. Avec notamment comme signe fort, à l’image de nos parlements nationaux, de confier la présidence de la commission des finances à un élu de l’opposition. En effet, lors de la campagne municipale, la question fiscale a été centrale pour l’ensemble des listes avec en premier lieu une demande de stabilisation des impôts locaux sur l’ensemble du mandat. Ce signe témoignerait d’une plus grande transparence dans l’exercice de notre mandat et permet d’envisager l’action politique d’une manière nouvelle.

Dans l’ensemble des quartiers de notre cité, les attentes sont grandes. Aujourd’hui, les expressions des politiques ne doivent plus être dans les promesses ou dans les incantations mais dans l’action concrète. Cela m’amène au second point que je souhaite aborder : la question de l’emploi.
Parce que ce qu’attendent un certain nombre de nos concitoyens, c’est d’abord de l’emploi et notamment dans nos quartiers et chez les jeunes. Le constat est aujourd’hui préoccupant au regard du nombre d’emplois salariés perdus et du solde négatif entre les créations et les fermetures d’entreprises.

Quant à Mulhouse, le chômage y dépasse la moyenne nationale avec 11,6% de demandeurs d’emplois et un habitant sur trois vit sous le seuil de pauvreté. La question de l’emploi et de l’activité appelle à la mobilisation de tous pour tirer dans le même sens, sans dogmatisme ou a priori. 

Vous vous êtes engagés et avez promis aux Mulhousiens la création de 2500 emplois dans le domaine de l’économie numérique pour les six prochaines années, dont acte. À l’égard de la situation locale, nous souhaitons bien entendu que votre promesse électorale puisse se concrétiser, mais je souhaite ici rappeler que nous ne sommes pas ni aujourd’hui, ni demain, les créateurs de ces emplois. Ce sont les entreprises qui créent les emplois et non les politiques. Ceux-ci peuvent en revanche jouer un rôle de catalyseur essentiel en mettant en place les conditions de création d’emplois et en mettant les acteurs en contact. Au niveau de l’agglomération nous défendrons, séance après séance, la mise en place d’une politique et d’outils d’animation de la vie économique pour soutenir le tissu existant, faciliter son développement et accroître notre attractivité. M2A ne peut plus aujourd’hui agir selon une politique définie au fil de l’eau, mais doit renforcer très significativement ses moyens d’action pour œuvrer d’une part au développement économique de notre territoire et d’autre part à la coordination et à la mutualisation des ressources des collectivités et des institutions à vocation économique, comme de leurs réseaux.

Enfin, troisième et dernier point, l’économie sociale et solidaire est un enjeu essentiel à nos yeux. Ce n’est pas seulement la solution de repli lorsque les entreprises vont mal et qu’il faut sauver l’emploi. C’est un statut moderne, adapté à la demande sociale, où les valeurs humaines l’emportent sur les valeurs matérielles, mais qui est aussi créateur d’emplois non délocalisables et à ce titre un acteur dynamique du développement du territoire.

À Mulhouse, 30 % de nos concitoyens ont moins de 25 ans, ce qui doit donc placer la jeunesse au cœur de notre action et nos projets pour la ville, notamment en matière d’emploi. A ce niveau-là, vous ne pouvez pas poursuivre votre paralysie vis-à-vis du dispositif des contrats d’avenirs mis en place par le gouvernement. Chaque levier est essentiel pour permettre à un jeune d’accéder à l’emploi.
Il n’y a pas non plus d’emploi sans formation. Mulhouse doit procurer à sa jeunesse des perspectives de formation rapide, en accès continu, en nombre suffisant et en cohérence avec les demandes de notre territoire. Ne pas répondre à cette demande, c’est risquer que la jeunesse boude à nouveau les prochains rendez-vous démocratiques comme elle l’a fait dimanche dernier, alors qu’elle représente un gage de développement pour la cité et l’assurance d’un avenir serein pour Mulhouse.

L’épanouissement de la jeunesse et de l’ensemble des habitants passe aussi par le renouveau des politiques sportives et culturelles. Face aux difficultés économiques, parler de sport et culture peut apparaître comme superflu, mais il s’agit d’une nécessité à l’épanouissement des Muhousiens. Le sport et la culture permettent la cohésion entre des individus qui ne se connaissaient pas avant de se rencontrer sur un terrain ou dans un stade, dans un groupe de musique ou sur une scène de théâtre. Pour cela il est temps de mettre fin à la destruction des équipements existants et de mettre en place un projet ambitieux à la hauteur des attentes. Le sport et la culture doivent rassembler, réunir et permettre de construire des ponts entre nos quartiers, entre les populations qui font vivre notre ville.

Pour toutes ces raisons, nous souhaitons dans cette assemblée être force de proposition, et être associés à l’ensemble des projets et dynamiques qui iront dans ce sens.

Voilà en quelques mots le sens de l’engagement des élus de notre groupe, car faire de la politique, c’est d’abord choisir de s’engager.

Le groupe des élus socialistes, centristes et EELV n’est pas là par hasard. Nous ne comptons donc pas faire de la figuration mais agir pour l’ensemble des Mulhousiennes et des Mulhouisens dans le respect de chacun

Sur le même thème, lire aussi :

Si vous souhaitez vous investir pour que les Primaires citoyennes soient un succès à Mulhouse:et apporter votre aide à la bonne organisation (tenue de bureau de vote, campagne), la personne
Le par
Les primaires citoyennes se dérouleront les dimanches 22 et 29 janvier. Elles désigneront le candidat de la gauche et des écologistes. Dans 7 bureaux de vote à
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :